Notice: Undefined index: status in /home/valdemarzd/www/wp-content/plugins/easy-facebook-likebox/easy-facebook-likebox.php on line 69

Notice: Undefined index: status in /home/valdemarzd/www/wp-content/plugins/easy-facebook-likebox/easy-facebook-likebox.php on line 235

Notice: Undefined index: status in /home/valdemarzd/www/wp-content/plugins/easy-facebook-likebox/easy-facebook-likebox.php on line 237
mars 2018 – Groupe Val-de-Marne Ensemble

Archives du mois - mars 2018

École en danger : tous mobilisés !

Avec l’élection d’Emmanuel Macron, on nous avait promis du nouveau. On a été servi : 180 fermetures de classes annoncées dans l’enseignement primaire pour la rentrée de septembre prochain, c’est un record dans le département. Il n’y en a jamais eu autant !

Les écoles les plus touchées sont les maternelles avec 102 fermetures, souvent dans les quartiers les plus populaires, notamment déclarés « éducation prioritaire » où elles ont le double rôle d’éducation et d’émancipation sociale, avec des dispositifs tel que l’accueil des enfants de moins trois ans. Tout ceci ne fait que confirmer, hélas, les inquiétudes que l’on peut avoir sur l’avenir de l’école maternelle en France. Dispositif unique en Europe qui a fait ses preuves, à la fois pour les enfants mais aussi pour favoriser l’activité des femmes.

En élémentaire, ce sont 78 classes qui sont menacées. Les seules justifications reposent sur des transferts de postes destinés au dédoublement des classes de cours préparatoire et de CE1 dans les REP et REP+. Il est inadmissible de pénaliser tous les élèves de primaire pour financer ce dispositif à moyens constants. Cela provoquera des augmentations des effectifs dans toutes les autres classes, supprimera des postes dans les réseaux d’aide spécialisée déjà exsangues, détruira des postes du dispositif « plus de maîtres que de classes » (qui commençait pourtant à porter ses fruits) et effacera des décharges de direction si utiles, alors que l’on vient de supprimer les emplois d’assistance scolaire qui aidaient les directrices et directeurs.

Ces mesures s’inscrivent dans ce vaste et vieux projet politique de droite, consistant à articuler la suppression de moyens dans le service public et le développement de logiques mercantiles. L’éducation ne doit pas devenir une marchandise. C’est un droit commun qui fonde la société.

Toutes les réformes conduites ces dernières décennies avaient deux objectifs, quels qu’aient été les ministres : sélection et individualisation. La sélection s’oppose à la culture commune et à l’ambition d’une école pour tous les élèves. L’individualisation des parcours produit une société clivée, du chacun pour soi et de la concurrence. La vieille idéologie de « tous les enfants ne sont pas faits pour l’école » réapparaît sporadiquement.

Aujourd’hui, savoirs et création jouent un rôle de plus en plus important dans tous les domaines de la vie. Des grands débats comme le climat, les relations internationales, la compréhension des enjeux politiques, les loisirs, le travail quotidien, mobilisent des savoirs plus complexes. La part intellectuelle du travail augmente sans cesse. Si on ne la maîtrise pas, on se condamne à davantage de précarité.

C’est pour cela que l’école est un enjeu majeur pour les générations futures. Les parents et les enseignants, unis, ont déjà obtenu un recul de la direction des services de l’académie sur douze classes.

Dès le premier jour, les conseillers départementaux étaient à leurs côtés dans les délégations d’écoles, dans les rassemblements. Les Val-de-Marnais.e.s peuvent compter sur notre détermination à agir avec eux jusqu’à l’abandon de la dernière fermeture et l’obtention de la dernière ouverture nécessaire.

Flore Munck, conseillère départementale

Canton de Villejuif