Notice: Undefined index: status in /home/valdemarzd/www/wp-content/plugins/easy-facebook-likebox/easy-facebook-likebox.php on line 69

Notice: Undefined index: status in /home/valdemarzd/www/wp-content/plugins/easy-facebook-likebox/easy-facebook-likebox.php on line 235

Notice: Undefined index: status in /home/valdemarzd/www/wp-content/plugins/easy-facebook-likebox/easy-facebook-likebox.php on line 237
novembre 2019 – Groupe Val-de-Marne Ensemble

Archives du mois - novembre 2019

Les droits des enfants une sous-catégorie des droits de l’homme ?

La date du 20 novembre 2019, 30ème anniversaire de la Convention internationale des droits des enfants interroge sur les raisons pour lesquelles le constat reste très préoccupant partout, y compris dans notre propre pays.

En témoigne le rapport annuel rendu par le Défenseur des droits qui déplore les violences « ignorées ou banalisées » au sein des institutions publiques à l’égard des enfants, et de fait « un décalage entre les droits proclamés et les droits réels ». Pour réduire cet écart, le même rapport formule vingt-deux recommandations, la première étant de conduire un état des lieux de ces violences institutionnelles, afin de quantifier le phénomène et orienter les politiques publiques.

Il n’y a plus assez de moyens”, note Jacques Toubon. Incontestablement, il y a eu dans ce domaine aussi, malheureusement, un recul du service public. Et les droits de l’enfant ne peuvent pas être respectés si les institutions n’ont pas les moyens de le faire.

En Val-de-Marne, malgré les contraintes auxquelles les collectivités locales et les associations sont confrontées, des efforts humains et budgétaires significatifs sont apportés à la protection de l’enfance, non seulement parce qu’il s’agit là d’une compétence du Département mais parce nous faisons des choix politiques priorisant les actions utiles et solidaires aux plus fragiles surtout quand les besoins se font criants et grandissants. Notre groupe auquel appartient le Président Christian Favier fait la démonstration que de tels choix sont possibles et que le gouvernement et sa majorité parlementaire ne font pas les bons pour que les enfants soient considérés comme de vrais sujets de droit. Il suffit de parler de l’accueil des mineurs isolés étrangers dont la situation se révèle de plus en plus inquiétante, des enfants qui se retrouvent parfois privés de liberté dans les centres de rétention administrative. Il suffit de parler du fait qu’en France, un enfant meurt tous les cinq jours de la violence de ses parents, un jeune est victime d’une agression sexuelle toutes les trois minutes et qu’entre 8 000 et 10 000 mineurs se prostituent, des chiffres probablement en deçà de la réalité. La France compte plus d’un million d’enfants pauvres ou encore 19.000 enfants maltraités or le plan pauvreté annoncé à grands renforts de communication octroie moins d’un euro par an à chaque Val-de-Marnais. Le plan triennal (2020-2022) présenté le 20 novembre est en bien en-deçà des préconisations et des moyens demandés par les institutions publiques compétentes et par les associations agissant dans le domaine de la protection de l’enfance.

CASSE DES SERVICES PUBLICS ! POUR UN MORATOIRE CONTRE LA FERMETURE DES SERVICES PUBLICS EN VAL-DE-MARNE

Demain, les personnels de santé, des EHPAD, des impôts, avec leurs organisations syndicales, descendront dans la rue pour dire stop à la casse de l’hôpital public et des services publics.
Le système de santé dont nous étions si fiers est en voie d’effondrement. Dans tout le pays, l’accès aux soins s’avère de plus en plus difficile : déserts médicaux, crise des urgences hospitalières, fermetures de lits, d’hôpitaux, de maternités, de SMUR.
Indigne et alarmante, la situation dans les EHPAD et les hôpitaux psychiatriques est source d’une maltraitance qui désespère des personnels, en nombre insuffisant au regard des besoins.
Les usagers, les familles, sont les victimes de la catastrophe sanitaire en cours. La ministre de la santé, qui ne cesse de dire que l’hôpital n’est pas une entreprise, demande encore plus d’économies et de coupes budgétaires sur la santé de toutes et tous les citoyens.
Du côté du service public des impôts, le ministre des finances Monsieur Darmanin s’emploie à fermer les trésoreries, à supprimer ou fusionner des services de gestion, pour créer un service public « Low cost » avec des personnels sous-formés, supers polyvalents, contractuels au sein de Maisons France Services (MSF) ou autres Maisons de service Au Public (MSAP).
Dans notre département, les Val-de-Marnais.e.s subissent de plein fouet ce dépeçage d’une intervention publique de l’Etat qui va à contre-courant de notre exigence d’un moratoire sur la fermeture des services publics en Val-de-Marne.
Les élu-e-s du groupe Val-de-Marne Ensemble restent totalement déterminé-e-s à défendre l’emploi public, le service public et ses agents mobilise-é-s demain jeudi 14 novembre pour dire stop à la casse des services publics et exiger les moyens humains et financiers indispensables pour satisfaire les besoins humains.


Les élu-e-s du groupe Val-de-Marne Ensemble (PCF, FDG, LFI) : Fatiha Aggoune, Alain Audhéon, Corinne Barre, Pierre Bell-Lloch, Nathalie Dinner, Christian Favier, Pierre Garzon, Didier Guillaume, Marie Kennedy, Lamya Kirouani, Jeannick Le Lagadec, Flore Munck, Sokona Niakhaté, Evelyne Rabardel, Gilles Saint-Gal, Pascal Savoldelli, Hocine Tmimi, Ibrahima Traoré.

Créteil, le 13 novembre 2019.