Après l’utilisation du 49-3, les partisans de la loi travail brandissent l’interdiction de manifester !

Après l’utilisation du 49-3, les partisans de la loi travail brandissent l’interdiction de manifester !

Le rejet populaire majoritaire de la loi travail vient une nouvelle fois de s’exprimer avec ampleur ce mardi 14 juin 2016. L’immense mobilisation des manifestations et grèves, avec notamment un million de manifestants dans les rues de Paris, atteste d’une détermination renforcée du monde du travail et de la jeunesse pour refuser ce véritable projet de régression et de recul des droits sociaux, au moment même où reprend le débat parlementaire sur ce projet de loi.

Cette expression des forces vives de notre peuple est insupportable pour les défenseurs de « l’inversion de la hiérarchie des normes ».

Assimilant les violences des casseurs aux comportements responsables des organisations syndicales, la droite fait feu de tout bois et emboîte le pas d’un premier ministre Manuel Valls « droit dans ses bottes », lui qui demande à la CGT « de ne plus organiser de manifestation à Paris » et indique ne pas rejeter la possibilité de les interdire.

Alain Juppé, candidat à la primaire de la droite, l’ex premier ministre qui avait vu des millions de salariés mettre en échec sa réforme des retraites en 1995, préconise l’interdiction des « manifestations qui constituent une menace évidente à l’ordre public ».

Pour le Président des Républicains Nicolas Sarkozy, « la responsabilité civile et financière de la CGT » est engagée.

Le premier ministre et le président Sarkozy s’attaquent injustement à un syndicat, la CGT, et omettent volontairement que cette mobilisation soutenue par l’opinion est le fait de sept organisations syndicales de salariés et de jeunesse, qui depuis 4 mois, dans l’unité, demandent le retrait de ce texte régressif.

Pour les élu-e-s Front de gauche du Conseil départemental du Val-de-Marne, ce texte doit tout simplement être retiré !

Nous continuerons d’être aux côtés des salariés et des jeunes, mobilisés contre cette inacceptable réforme du code du travail, pour exiger de nouveaux droits et pouvoirs pour les salariés, pour le respect de la liberté de manifester et de faire grève.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *