La santé pour toutes et tous !

La santé pour toutes et tous !

Avec la progression du tout-libéral, l’État social se délite. Dans les institutions, les services publics de santé sont peu à peu abandonnés, l’État se défaussant de ses responsabilités et laissant les territoires exsangues. Le résultat est sans appel : les déserts médicaux se multiplient, les inégalités de santé dès le plus jeune âge s’accroissent, tant sur le plan territorial que social.

D’un côté, le projet de loi santé propose des mesures progressistes telles que la généralisation du tiers payant, mais de l’autre, la ministre organise l’austérité à l’hôpital en imposant 3 milliards d’euros d’économies.

Via le directeur de l’Assistance publique–Hôpitaux de Paris (AP-HP), le gouvernement entend remettre en cause les 35 heures et les RTT des professionnels de santé pour économiser 20 millions d’euros par an. Comment peut-on ignorer la surcharge de travail et le manque de personnel qui mènent nombre d’entre eux à l’épuisement ? Dans cette course à l’austérité, les patients risquent de pâtir d’une remise en cause de la qualité de soins.

Notre groupe Front de gauche soutient et soutiendra le personnel des six hôpitaux du Val-de-Marne dépendant de l’AP-HP dans ses grèves et manifestations, si besoin avec la même intensité que pour la mobilisation contre la fermeture du service de chirurgie cardiaque de l’hôpital Mondor.

Notre politique de santé est aussi proactive et portée par une vision : la prévention sanitaire, la réduction des inégalités d’accès aux soins (plus de 15 % des Français ne se soignent pas faute de moyens financiers suffisants), et la démocratie sanitaire.

Dans le cadre de notre politique en direction de la petite enfance, de la protection maternelle et infantile, mais aussi du soutien aux pratiques médico-sociales dans le champ des personnes âgées et des personnes handicapées, le Département développe de nombreuses actions de prévention et d’accompagnement aux soins. La tâche que nous nous fixons pour la mandature est notamment d’étendre ces actions de prévention aux étudiants, en partenariat avec les établissements de l’enseignement supérieur et les centres de santé et de prévention déjà existants.

Le désert médical n’épargne(ra) pas le Val-de-Marne : en effet, un quart des médecins généralistes libéraux a plus de 60 ans, et l’ARS programme le départ de 42 % des médecins franciliens (tous statuts confondus) dans les dix ans à venir. Si peu de communes val-de-mar- naises sont pointées comme territoires déficitaires ou fragiles (seulement Orly, Chevilly-Larue, Alfortville), il est de notre responsabilité de construire l’avenir. Moins de professionnels de santé signifie une moindre couverture sanitaire sur le Val-de-Marne, soit des inégalités d’accès et potentiellement un recours encore plus fréquent aux urgences. Pour contrer cette démographie médicale négative, nous voulons prendre toute notre part dans la mobilisation des acteurs de la profession.

Au travers de l’accès aux soins, c’est la santé de chacune et de chacun d’entre nous qui est concernée. C’est pourquoi, nous soutiendrons toutes les initiatives réunissant les habitants et les professionnels pour qu’ils deviennent de véritables acteurs des politiques de santé, pour le maintien et le développement d’une offre de soins de qualité et de proximité, pour toutes et tous.

Jeannick Le Lagadec

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *