Le logement, un droit universel pour toutes et tous !

Le logement, un droit universel pour toutes et tous !

En Val-de-Marne, nous sommes conscients de la crise du logement actuelle et des difficultés que rencontrent les locataires et les demandeurs de logement. Nous ne lâcherons pas notre combat pour un logement digne, accessible et durable pour toutes et tous et partout.

Le logement est un droit fondamental, un acquis universel qui est malmené depuis de trop nombreuses années. Dans un contexte socio-économique qui, chaque jour, accroît les difficultés financières des ménages, le logement n’est pas épargné. Ce sont des millions de personnes qui souffrent du mal-logement, de logements insalubres, ce sont des millions de familles qui ne peuvent accéder à un logement digne de qualité.

Le logement social est une réponse contre le mal-logement, pour l’accès à un logement de qualité pour les familles les plus fragilisées et modestes. Le logement social est une idée noble dans tous les sens du terme, une idée à laquelle nous avons sur nos territoires, dans nos départements, dans nos villes, donné corps et vie. C’est une idée qu’il ne faut en aucun cas abandonner.

Quand, dans une crise du logement sans précédent, la présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, prend la décision de ne plus subventionner la construction de logements sociaux dans les villes qui en comptent plus de 30 % sous couvert de « mixité sociale », de ne plus subventionner la réhabilitation du parc, nous nous insurgeons.

Retirer le moindre euro au logement, c’est encourager et faire perdurer le mal-logement, l’insalubrité ou encore, les marchands de sommeil. Il ne faut pas opposer les besoins entre eux, l’attitude de la droite régionale est abjecte.

En Val-de-Marne, ce sont près de 80 000 personnes ou familles qui sont enregistrées comme demandeuses de logement social. En Val-de-Marne, 15 villes sur 39 ont plus de 30 % de logements sociaux sur leur territoire, quant à l’inverse, six villes sont parmi les villes les plus carencées en termes de logement social.

Prendre la décision de ne plus financer les projets dans les villes qui auraient trop de logements sociaux, et subventionner les villes carencées pour rétablir un « équilibre » est une hérésie. Car, disons-le nous, ces villes sont carencées le plus souvent par choix, par refus d’accueillir une population plus modeste sur leurs territoires…

Rétablir un équilibre, oui, cela est nécessaire, nous en convenons toutes et tous. Il est nécessaire que le logement social puisse se construire partout, sur l’ensemble du territoire français. Mais ce n’est pas en ne subventionnant plus les villes qui ont déjà du logement social que l’équilibre se fera. L’équilibre se fera, si chacun prend sa part de logement social, pour répondre à l’ensemble de la demande territoire par territoire. Il est donc urgent de cibler plus particulièrement ces villes, encore si nombreuses, qui ne respectent pas la loi SRU et en mettant en place un dispositif plus inflexible pour que la loi soit respectée.

Parallèlement, il est nécessaire de poursuivre l’accompagnement et l’aide aux maires bâtisseurs, de ceux qui portent des projets de constructions, de réhabilitations, pour répondre à la demande et offrir des logements accessibles et de qualité à toutes et tous.

En Val-de-Marne, nous sommes attachés au logement social, au logement digne pour toutes et tous.

Et malgré des contraintes financières qui pèsent de plus en plus lourd sur les budgets des collectivités, et de fait, sur celui du Département, nous entendons bien ne pas en rabattre sur notre volonté d’offrir à tous nos concitoyens, à tous les moments de leur vie, un service public proche, moderne, réactif et à l’écoute de leurs besoins.

Alors, oui, même dans ce contexte difficile, nous avons fait le choix d’un service public pour toutes et tous. Le choix de poursuivre malgré tout une politique en faveur du logement accessible à toutes et à tous, pour que le droit au logement devienne une réalité. En faisant ce choix, nous avons la volonté de poursuivre le travail engagé depuis plus de trois décennies en faveur du logement social sur l’ensemble de notre territoire.

Nathalie Dinner

Vice-présidente du Conseil départemental Chargée du Service public départemental, des Ressources humaines, de la Logistique, du Logement et de I’Habitat.

Canton de Choisy-le-Roi

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *