Les droits des femmes au cœur des enjeux de société

Les droits des femmes au cœur des enjeux de société

Les violences faites aux femmes et les inégalités envers les femmes, qui demeurent malheureusement dans notre pays, prennent des formes multiples, physiques, psychologiques, sociétales et professionnelles.

Si de nombreux droits des femmes ont été conquis par des luttes acharnées depuis la Libération (droit de vote, droit à disposer d’un compte bancaire, droit au divorce, droit à l’avortement…), des évolutions de l’image et des statuts de la femme dans notre société redeviennent, aujourd’hui, très préoccupantes.

Notre groupe Front de gauche (PCF-PG- Citoyens) partage et soutient l’action de toutes celles et ceux qui portent les valeurs d’égalité et de justice sociale jusque dans les combats féministes qui s’expriment de plus en plus dans des convergences populaires.

La bataille contre le projet de loi Travail dit « loi El Khomri » est aussi, fondamentalement, un combat contre la précarisation des femmes dans tous les aspects de la vie sociale. L’enjeu est considérable !

Le renforcement de la flexibilité du temps de travail et l’augmentation de ses durées maximales sont en totale contradiction avec les indispensables recherches d’harmonie entre vie professionnelle et vie familiale. Si le principe des accords dits de « compétitivité » était adopté, le risque serait encore plus grand pour les femmes que pour les hommes, puisqu’ils permettraient aux employeurs d’imposer une modulation des horaires de travail, des salaires et de la mobilité… réclamée par le MEDEF pour qui l’impact du projet de loi El Khomri en termes d’égalité hommes-femmes est très loin de ses préoccupations.

À cet égard, l’avis rendu le 11 mars dernier par le Conseil supérieur de l’égalité professionnelle, rattaché au ministère des Droits des femmes, est clair et sans équivoque. On peut y lire qu’« un déséquilibre apparaît dans ce texte en défaveur des salarié(e)s et singulièrement des femmes (…) Même si ces mesures ne visent pas explicitement une dégradation de la situation des femmes, elles auront un impact négatif sur elles. Il s’agit bien d’un risque de discrimination indirecte. »

En 2008, le Conseil général a signé la charte européenne pour l’égalité des femmes et des hommes dans la vie locale, qui se présente comme un programme de politique territorial pour l’égalité et un guide des actions concrètes qui peuvent en découler.

Nous sommes ainsi pleinement engagés dans un plan d’action pour l’égalité, contre toutes formes de discriminations et pour valoriser les actions menées sur tout le territoire val-de-marnais par les collectivités territoriales et les associations.

C’est dans cet esprit qu’a été mis en place l’Observatoire de l’égalité femmes/hommes, structure pionnière créée par le Conseil général en 2000, rassemblant élu(e)s, associations et personnalités. Cet observatoire agit en faveur de l’égalité professionnelle, de la mixité au travail, de la lutte contre les violences conjugales ou encore pour le respect mutuel entre filles et garçons dans les collèges. Il a vocation à sensibiliser la population val-de-marnaise et les services départementaux à cet énorme enjeu de société. Depuis sa création, il existe dans les structures départementales (PMI, espace des solidarités…) des points rencontre pour échanger, s’informer sur la thématique des violences faites aux femmes.

C’est aussi pourquoi nous sommes profondément attaché(e)s au cadre professionnel et familial que le statut de la fonction publique territoriale permet de garantir pour les 8 000 agents départementaux, féminins à plus de 70%.

Lamya Kirouani

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *