Pour la défense du statut et des conditions de travail des fonctionnaires des finances publiques !

Pour la défense du statut et des conditions de travail des fonctionnaires des finances publiques !

Depuis de nombreuses années, les agents de la Direction Départementale des Finances publiques du Val-de-Marne avec leurs organisations syndicales alertent sur la casse de l’emploi et la dégradation des conditions de travail des salariés qui ne cessent de s’aggraver.

Depuis la fusion, ce sont ainsi 516 postes qui ont disparus, conduisant au dysfonctionnement de ses services, à la démobilisation et au découragement d’agents qui n’arrivent plus correctement à assurer leurs missions régaliennes.

Dans le prolongement des objectifs de « CAP2022 », 2150 suppressions d’emplois au niveau national ont été annoncées qui se déclinent en Val-de-Marne par 44 nouvelles suppressions de postes, alors même que la mise en place du prélèvement à la source a eu de lourdes conséquences en termes d’accueil et de gestion, amplifiant les difficultés et la souffrance au travail.

Comme le souligne l’intersyndicale de la DDFIP, « Emmanuel Macron maintient le cap sur ce qu’il considère comme « essentiel » : une fiscalité injuste qui épargne le capital et les hautes fortunes (suppression de l’ISF, allègement de l’exit tax, mise en place de la flat tax avec un taux unique à 30%, 40 milliards de dépense publique pour la conversion en 2019 du CICE en une baisse pérenne des cotisations sociales), la réforme répressive de l’assurance chômage, celle injuste des retraites ainsi que les attaques prévues ou en cours contre la fonction publique, le logement social et les services publics, qui ne pourront qu’amplifier les inégalités sociales et creuser le fossé entre « ceux qui ne sont rien » et les possédants. »

S’alarmant de cette dégradation continue au sein de la direction départementale des finances publiques, Pascal Savoldelli Président du groupe Val-de-Marne Ensemble, sénateur du Val-de-Marne, avait interpellé monsieur le Préfet le 24 septembre 2018 en soulignant combien cela altérait sa mission de lutte contre la fraude fiscale et de récupération de la part départementale des 80 milliards d’€ annuels d’évasion fiscale.

Dans sa réponse, madame la directrice de la DDFIP indiquait : « Les mesures de regroupement, de fusion de postes qui ont été évoquées n’ont à l’évidence pas pour motivation, mais pas non plus comme conséquence, la dégradation du service public. C’est même exactement l’inverse, puisque ces mouvements de poste sont dictés au contraire, par le souhait d’adapter en permanence le service public aux attentes des citoyens, et à l’évolution de la société, et par le souci de maintenir la qualité au meilleur standard » … « Pour revenir plus particulièrement sur la question du contrôle fiscal qui a été abordé, je tiens vraiment à dire très solennellement, que si le nombre de brigades de vérification a pu baisser, l’effort consacré par la DGFIP à la lutte contre la fraude fiscale n’a pas baissé, puisque les vérificateurs ont été répartis sur d’autres brigades ».

Les élu-e-s du groupe « Val-de-Marne ensemble » du Conseil départemental du Val-de-Marne renouvellent leur entier soutien aux agents de la DDFIP mobilisés et en grève lundi 4 février 2019, pour exiger l’arrêt des suppressions d’emplois et des restructurations de services, l’embauche des agents publics nécessaires à l’exercice de leurs missions, le maintien d’un service public de qualité et de proximité.

Nous serons présents à leurs côtés et soutenons leur demande d’audience auprès du Préfet du Val-de-Marne.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *