Relaxe pour les « 8 » de Goodyear

Relaxe pour les « 8 » de Goodyear

Le 25 janvier dernier, les élu-e-s du groupe Front de Gauche du Conseil départemental du Val-de-Marne dénonçaient dans une motion, les sanctions pénales requises par le Procureur de la République à l’encontre de 8 salariés de l’entreprise Goodyear condamnés à deux ans de prison dont neuf mois ferme.

Cette criminalisation de l’action syndicale vise à masquer que ce géant du pneumatique a détruit 1 143 emplois en fermant son site d’Amiens-Nord, alors même que cette usine enregistrait 183 millions d’euros de bénéfices en 2012. Ainsi, les licenciements et la fermeture étaient bien dépourvus de motif économique !

Ce procès en appel illustre une nouvelle fois, combien le libéralisme … entre ANI, loi Macron, CICE et loi El Khomri … privilégie toujours le tout pour la finance et les actionnaires contre l’emploi, les libertés et droits des salariés, et fait extrêmement préoccupant, s’accompagne désormais d’une campagne répétée de diatribes antisyndicales.

Face à cet agissement illégal de la multinationale Goodyear, le moment est venu de rendre justice aux 8 de Goodyear, et à travers eux, à l’ensemble de leurs collègues de travail qui s’étaient massivement mobilisés pour refuser la liquidation de leur usine.

Aux côtés des 8 de Goodyear et de leurs soutiens rassemblés aujourd’hui, le groupe Front de Gauche du Conseil départemental du Val-de-Marne exige la relaxe des huit ex-salariés de Goodyear.

Les élu-e-s du groupe Front de Gauche (PCF-PG-Citoyens) :

Fatiha Aggoune, Alain Audhéon, Corinne Barre, Pierre Bell-Lloch, Nathalie Dinner, Christian Favier, Pierre Garzon, Didier Guillaume, Marie Kennedy, Lamya Kirouani, Jeannick Le Lagadec, Flore Munck, Sokona Niakhaté, Evelyne Rabardel, Gilles Saint-Gal, Pascal Savoldelli, Hocine Tmimi, Ibrahima Traoré.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *