« Stratégie Logement » d’Emmanuel Macron

« Stratégie Logement » d’Emmanuel Macron

Précarisation des locataires, mise en pièces des HLM, cadeaux fiscaux au privé : une politique à la Margaret Thatcher !

Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des Territoires, vient d’annoncer les grandes lignes du « plan logement d’Emmanuel Macron ». Sans surprise, le gouvernement choisit la précarisation de l’accès au logement, la mise en pièces du logement social, et la poursuite de politiques d’incitations fiscales dispendieuses et inefficaces.

Sur le plan du logement social, le projet prévoit :

  • La baisse obligatoire des loyers HLM pour faire baisser ensuite les APL. Pour les locataires, aucun bénéfice n’en ressortira en termes de pouvoir d’achat. Pour les organismes HLM, il s’agit de millions d’euros en moins pour les réhabilitations et les constructions. En définitive, les conditions de vie seront dégradées.
  • Comme « contrepartie », le gouvernement préconise la mise en vente de près de 40 000 logements HLM par an. Au lieu de participer au financement du logement social, l’Etat étrangle les bailleurs sociaux et les pousse à privatiser leur patrimoine. Quel message envoyé aux citoyens alors que 70% des ménages franciliens sont éligibles au logement social !

Pour le parc privé, le projet prévoit la poursuite de politiques en faveur des propriétaires, et néfastes pour les locataires. Trois mesures sont symboliques :

  • L’élargissement de la déductibilité fiscale des revenus tirés des loyers. L’État va financer la concentration des patrimoines immobiliers.
  • Un « bail mobilité » pour les jeunes, d’une durée de un à dix mois, mais qui ressemble fort à un « bail précarité ». Un tel instrument aura très probablement un effet inflationniste sur les Au lieu d’investir massivement dans la construction de logements étudiants, le gouvernement fait le choix de répondre aux souhaits de rentabilité des spéculateurs immobiliers.
  • Enfin la poursuite des déductions fiscales type « Loi Pinel » pour la construction de logements, pourtant inefficaces à baisser les prix du logement, en plus d’être dispendieux pour les finances publiques.

Ce que prépare le Gouvernement n’est ni plus ni moins que la précarisation de l’accès au logement pour les plus vulnérables, l’éviction de catégories entières de populations du logement social, la privatisation du logement intermédiaire et la mise en incapacité pour les Offices Publics d’Habitation à mener des politiques ambitieuses de mixité sociale.

Alors que notre collectivité est, avec les communes notamment, engagée pour le droit au logement pour toutes et tous et partout, notamment grâce à son office départemental Valophis, se déploie un ensemble de mesures idéologiques, inefficaces sur les prix, sur la qualité de l’habitat, tout en étant coûteuses.

Face à ces mesures, les élu.e.s du groupe Front de Gauche (PCF-PG-Citoyens) du Conseil départemental du Val-de-Marne continueront de se battre pour la construction et la réhabilitation de HLM pour toutes et tous, la mixité sociale, et l’encadrement des loyers du privé.

Les élu-e-s du groupe Front de Gauche (PCF-PG-Citoyens)

Créteil, le 21 septembre 2017

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *